Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
le Dim 3 Déc - 19:04
Il était tard et la nuit était bien avancée.
L'aventurier traversa un canyon entre deux montagnes, marcha sous l'herbe jaune et séchée par l'été des Carmines. Il s'était éloigné de la route principale. En effet, après avoir traversé les montagnes de Khaz Modan, et la fournaise de son sud, celui-ci déboucha sur le Royaume de Hurlevent. Mais en arrivant dans les Carmines au crépuscule, il avait été attaqué par un groupe de trois bandits des grands chemins, armés de hachoirs et portant des foulards autours de leur bouche. Il avait réussi à en blesser un en lui tailladant le bras d'un revers de son épée droite mais a du prendre la fuite entre les arbres pour sauver sa peau.
Au bout de quelques heures de marche, et au détour d'un arbre en bord de falaise, il vit finalement un village humain en contrebas éclairé par quelques lanternes, sur le bord d'un immense lac, bordé de quais de pêches. Il écarquilla ses deux yeux verts, poussa un soupir de soulagement et descendit de la falaise pour rejoindre les pavés de la route.

...

"Comté-du-Lac..."

Il y avait là devant lui, une dizaine de maisons au toit rouge, aux briques de cheminées oranges et au murs blancs de chaume reliés de bois. Les maisons plus loin étaient cachées par une petite colline ainsi que par plusieurs arbres verts.
Entre les maisons se trouvait un grand bâtiment avec un clocher portant une horloge mécanique sur son haut, juste au dessus d'une bannière flottant dans le vent chaud de l'été.
A ses côtés, se trouve un bâtiment un peu plus grand qu'une maison normale, ayant des vitres tout autours d'elle, possédant deux étages supplémentaires, surplombés sur son toit par des sortes d'hublots, et éclairée de l'intérieur. Pas un chat ne rôdait à l'extérieur du village, mais la porte semblait être néanmoins ouverte.
L'aventurier prit précaution d'enlever son masque, de descendre sa capuche avant de se diriger vers le bâtiment.

...

Il poussa la porte et entra dans le bâtiment, frottant ses bottes sur le paillasson.
Il plissa les yeux sous la lumière ambiante du rez-de-chaussé.
Il y avait là, une petite estrade de planches, fermée par des barrières, il y avait deux tables vides, éclairées par des chandelles et un tableau sur le mur représentait un vieil homme au monocle et aux habits riches parés de rouge. Un escaliers descendait vers une partie de la taverne un peu plus grande, avec un sol en pierre. Il y avait là des chaises se plaçant contre la paroi en planches de de l'estrade d'avant. Une grande table se trouvait devant une immense cheminée et deux hommes en armure, avec deux lances en fer dormait tête contre la table, visiblement soûlés par l'alcool.
A droite, près des chaises se trouvait encore une petite table ainsi qu'un escalier montant à un étage moins éclairé que le rez de chaussé.
Un escaliers remonta encore vers une estrade de planches fermés par des barrières où se trouvait également le comptoir où un homme semblait essuyer une chope sale à l'aide d'un vieux chiffon. A sa droite, une porte fermée semblait mener vers la cuisine.
Juste en dessous des escaliers se trouvait également des tonneaux vides, attachés par des cordes afin que ceux-ci ne tombent pas et ne roulent pas sur le sol de l'auberge.



Dernière édition par Azeroth le Mar 5 Déc - 17:23, édité 1 fois
le Dim 3 Déc - 21:20
Il poussa un léger soupir ; sa route fut longue.

Lamenoire marcha jusqu'au bar, et demanda un verre au tavernier. Il y avait un autre homme juste à côté.

- T'es pas d'ici toi... interrogea cet homme.

L'aventurier ne sut pas trop quoi répondre, mais décida d'être honnête.

- Non... Je viens de loin.

- Ah oui...? C'est à dire ?

- Bien trop loin... lui répondit-il.

Au même moment, le tavernier lui servit son verre. Lamenoire demanda alors.

- Merci mon brave... Dis moi... Il approcha sa tête de lui y'aurai-t-il de quelconques contrats à accomplir ? Assassinats, mises à prix de préférence.
le Dim 3 Déc - 22:32
-"Bien trop loin..."

L'homme aux cheveux roux hausse les épaules, puis reconcentra sur sa choppe.
Au même moment, le tavernier, un homme trapu à la barbe noir et au front plus fripé qu'une pomme de reinette lui posa un verre d'hydromel devant lui.

-"Merci mon brave... Et dis moi..." dit Lamenoire, approchant lentement sa tête encapuchonnée de lui, en lui glissant une pièce d'argent dans la main "Y'aurait-il... De quelconques contrats à accomplir ? Assassinats, mises à prix de préférence."

Le tavernier éloigna sa tête soudainement, écarquillant les yeux, puis se rapprocha à nouveau.

-"Assassinats ? Ecoutez, je ne veux pas de problèmes. Mais pour le reste, vous avez de la chance, ça fait des années qu'on ne voit plus les soldats de Hurlevent pour nous aider. Apparemment d'après le conseil des nobles, des gens voudraient assassiner le jeune roi, du coup ces enflures ont ramenés toutes les troupes vers la capitale, voyez. Du coup les soucis pullulent, m'voyez."

Il marqua une pause, puis renifla.

-"Vous pouvez aller voir devant l'hôtel de ville, il y a un panneau d'affichage avec les demandes du magistrat et les récompenses promises pour services rendus."


Dernière édition par Azeroth le Mar 5 Déc - 17:24, édité 2 fois
le Dim 3 Déc - 23:00
Lamenoire finit son verre en une gorgée, et déposa trois pièces d'argent sur le comptoir.

- Merci... Gardez la monnaie. dit il, tout en se levant de sa chaise.

Il marcha alors jusqu'à la sortie. Il remarquait que beaucoup de regards se dirigeaient vers lui, son armure n'était pas commune. Sa capuche attisait aussi la curiosité, mais il valait mieux qu'il la garde s'il voulait éviter les ennuis.

Une fois dehors, il se dirigerait vers l'Hôtel de ville afin de voir comment il pourrait se faire un peu d'argent. Il en avait beaucoup besoin.
le Lun 4 Déc - 16:49
Dehors, les premiers signes du lever du jour commençait à se faire voir. Quelques fermiers du fond du village sortaient de leurs maisons, tôt, attrapant les outils posés contre les murs blancs de chaume.
Lamenoire se dirigea vers la grande bâtisse possédant un long clocher qui semblait aussi grande que la falaise à côté du village. L'horloge mécanique notait 4 heures et 30 minutes, le soleil allait se lever dans une bonne heure.
L'aventurier scruta du regard les murs de l'hôtel de ville, et vit un vieux panneau en bois pourri, ou des dizaines d'affiche au papier jaune étaient accrochés par des clous.
Il s'approcha, se penchant légèrement pour lire les annonces. Il en balaya du regard des dizaines, il s'agissait souvent de marchands demandant une escorte pour quitter les Carmines, tant de choses impossibles pour ses compétences.
Il arrêta son regard sur deux affiches l'une à côté de l'autre. Des avis de recherches récents si il en juge par la qualité du papier. Deux croquis représentant les cibles accompagnent admirablement les affiches.

Avis de recherche: Grondérire


Chef de la tribu Gnoll du nord du village, ses semblables pullulent, deviennent de plus en plus violent peu à peu et menacent l'intégrité de nos terres. Ceux-ci organisent pillage de fermes, enlèvements et attaques de caravanes. Les miliciens locaux sont débordés.
Grondérire est un Gnoll plus grand et imposant que la moyenne. Il mesure un mètre trente et possède une grande bâlafre sur tout le long de sa gueule. Il porte une armure de lanières de cuir, comportant des plaques de métal attachées maladroitement. Il a un rire plus grave que la moyenne des Gnolls et plusieurs colliers volés autours du coup.
Il possède comme armes un bouclier rond en bois, paré de fer, ainsi qu'un hachoir de cuisine fendu.
La récompense est de cinq pièces d'or. Rapportez sa queue en guise de preuve. La récompense sera doublée si toute la tribu est anéantie.

Magistrat Solomon

Avis de recherche: Kra'gar l'Inssurmontable


Orc de la tribu Rochenoire, Kra'gar est un pilleur impressionnant non seulement par sa force, sa détermination, mais aussi par la capacité que cinq hommes armés ne suffisent pas à l'abattre. Celui-ci attaque sans vergogne, seul, toute personne passant à sa portée, pour les dépouiller et les manger afin assouvir ses envies cannibales. Un tel animal ne peut pas continuer de vivre en liberté.
Kra'gar est un orc d'un mètre quatre-vingt, ayant une peau grisée, et deux grandes dents dépassant de sa mâchoire inférieure, avec quoi il adore mordre ses victimes en combat. Il porte un pantalon en armure de fer et des bottes en cuir, il ne porte pas de plastron, ni rien au dessus d'ailleurs. Son torse est marqué par de multiples cicatrices donné par les multiples coups de lances et d'épées qu'il a reçu au cours de sa vie.
Il possède une immense hache à deux mains gravés de fer rouge, et est très puissant physiquement et endurant.
ATTENTION, CETTE BETE EST DANGEREUSE, IL N'EST PAS RECOMMANDE A N'IMPORTE QUI DE S'APPROCHER !
La récompense est de dix pièces d'or. Rapportez sa tête en guise de preuve.


Dernière édition par Azeroth le Mar 5 Déc - 17:25, édité 1 fois
le Lun 4 Déc - 19:12
Lamenoire parcourait les affiches... Bon sang, n'y a-t-il pas de contrat d'assassinat facile ici ? Comme tuer un vieil homme sourd et aveugle ?

Malgré tout, celle de Grondérire semblait être la moins dangereuse. Il réfléchit alors, et se dit qu'il pourrait l'exécuter en plusieurs fois. Il faudrait d'abord analyser les lieux, le village, les forces effectives, ainsi que chercher un point faible, un moment où il serait seul afin de le tuer d'un seul coup de sabre. Mais d'abord, il questionnerait les passants sur ces tribus, leurs forces et leurs faiblesses.

1m30... Si ça se trouve, je ne le verrai même pas ! se dit il, se moquant de la taille ridicule de la bestiole.
le Lun 4 Déc - 22:02
Lamenoire secoua la tête, ricanant doucement.
Néanmoins, il fallait se hâter, les paysans allaient bientôt partir pour les champs.
Il marcha d'un pas rapide, sur les planches et les cailloux des chemins.
Il se mit à trottiner, levant la main pour interpeller le paysan le plus proche. Il possédait un petit potager de légumes rouges, et une minuscule étable contenant une seule vache à l'air triste et où plusieurs ballots de paille se trouvait contre. Les autres emplacements étaient soit vides, soit brûlés, le bois calciné gisant sur le sol. L'homme quand a lui devait avoir la trentaine, il portait des vêtements en lin salis par la terre, une salopette bleue et des bottes en cuir brun rapiécé. Il replaça son chapeau de paille correctement sur sa tête puis piqua à l'aide de sa fourche rouillé dans la paille, avant de la soulever pour la placer dans l'enclos de la vache.

-"Bon matin mon brave. Dites moi, y'a t-il des choses que vous pouvez me dire sur la tribu Gnoll au nord du village ?" interpella l'aventurier.
-"Hein ! Ah v'parlez des Griffepattes. Euh bah z'habitent dans un camp dans un canyon au nord d'ici, pouvez pas les rater, en plus ils dorment tous dehors. Ce sont des abrutis qui ne respectent que la force, ils peuvent se battre juste pour savoir qui a l'ombre la plus imposante, ha."

Il rigole un moment, puis prit un air plus grave.

-"Ces salauds sont venus une nuit, avec des torches. Ils ont incendiés mon étable et emmenés mes vaches. J'ai failli y passer en les repoussant avec ma 'tite fourche tiens. On a jeté tout leurs cadavres dans le lac Placide..."

L'aventurier ne répondit pas, le regardant encore sous sa capuche.

-"Dites, vous avez pas chaud avec cet accoutrement en été, vous ? Moi à votre place j'aurais chaud..."


Dernière édition par Azeroth le Mar 5 Déc - 17:26, édité 1 fois
le Lun 4 Déc - 22:10
Lamenoire réfléchissait...

Griffepattes, hein... Ce paysan a pratiquement pu les repousser avec sa fourche... Ils ne doivent pas être très forts Surtout si un groupe de simples villageois a pu en tuer une partie de cette tribu à eux seuls.

Puis il demanda alors :

- Connaîtriez vous leurs faiblesses, s'ils en ont ? Ne vous en faites pas pour moi, la chaleur ne m'affecte plus vraiment

Il se devait d'être direct, et après avoir connu leurs faiblesses, il promettra au paysan de lui ramener un cadeau plus tard, et partirait en direction de la tribu des griffepattes tout en restant caché. Il ne s'approchera pas s'il risque vraiment d'être repéré, et analysera la situation, tout en cherchant à localiser leur chef.
le Lun 4 Déc - 22:40
-"Leurs faiblesses, hein ? Bah ils sont stupides, et ils sont toujours hyper exposés au coup j'dirais. C'est tout."
-"Je vois très bien. Je vous ramènerais un cadeau. Adieu."
-"Un cad-... Hey !"

L'aventurier n'écouta pas plus le paysan, il tourna les talons et se dirigea vers la route, en dehors du village. Le soleil allait bientôt se lever, on pouvait déjà voir le ciel commencer à s'éclairer et la lune disparaître derrière les montagnes de Khaz Modan visible au loin.

[FIN]

Contenu sponsorisé

Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum